Quatre statues pour parachever la cathédrale de Rennes

GRAND FORMAT. Quatre statues pour parachever la cathédrale de Rennes
Source OUEST-FRANCE Modifié le 13/10/2017 à 07:46 | Publié le 12/10/2017 à 19:29
https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/grand-format-quatre-statues-pour-parachever-la-cathedrale-de-rennes-5308286


" Quatre statues seront installées dans les pendentifs de la croisée du transept de la cathédrale de Rennes. Laurent Esquerré, l’artiste sélectionné, va les sculpter en Italie.

L’ensemble doit être inauguré pour Noël 2018.

Une cathédrale est un éternel chantier. Cette fois, c’est un peu d’éternité que va tutoyer la cathédrale Saint-Pierre de Rennes. Dans un an, un ensemble statuaire aura pris place dans les pendentifs de la coupole. « C’était prévu dès l’origine du projet de l’édifice. Mais, au début des années 1880, les travaux entrepris ont été arrêtés. Il aura fallu attendre presque 140 ans…», rappelle le père Bernard Heudré, curé de la cathédrale et historien de l’Église au séminaire Saint-Yves.

Une cathédrale déjà sublimée

Un nouveau chantier, donc, qui va en quelque sorte parachever celui mené entre 2009 et 2014 pour redonner une nouvelle vie à ce grand vaisseau néo-classique. Un chantier de 3,5 millions d’euros, qui avait été entièrement financé par l’État, via la Direction régionale des affaires culturelles.

« Les cathédrales appartiennent à l’État. C’est dans notre mission d’en assurer l’entretien, rappelle Henry Masson, conservateur régional des monuments historiques. Pour Rennes, nous avions entrepris une tranche expérimentale de travaux dès fin 2008. Le plan de relance décidé par l’État est arrivé à ce moment-là. Pendant les cinq années de la durée du chantier, la cathédrale n’a jamais été fermée. Quand, à la croisée du transept (N.D.L.R. : partie de l’église qui surplombe l’autel principal), le père Heudré a fait remarquer la présence des crochets dans les pendentifs.»

Des anges aux quatre évangélistes

Des crochets prévus dès l’origine pour accueillir des statues. « Le projet du XIXe siècle était de poser quatre grands anges. » L’idée n’est pas reprise au XXIe siècle. Il y a deux ans, la Drac lance une procédure semblable à un appel d’offres. Près d’une vingtaine de propositions arrivent, quatre sont retenues. Puis le comité artistique du projet en sélectionne deux, en juin dernier.

Monseigneur d’Ornellas, archevêque de Rennes, Dol et Saint-Malo, va trancher pour Les quatre vivants, du sculpteur Laurent Esquerré. « Il s’agit d’un ensemble de statues en terre cuite qui représenteront les tétramorphes symboliques des quatre évangélistes, associés à des scènes tirées des Évangiles, indique le père Heudré. L’homme pour saint Matthieu, le lion pour saint Marc, le taureau pour saint Luc et l’aigle pour saint Jean. » Les scènes associées seront respectivement Jésus et les oiseaux, l’aveugle de Bethsaïde, la brebis égarée et le lavement des pieds. L’ensemble doit être inauguré pour Noël 2018."

tetramorphes

Évangéliaire de St-Pierre de Flavigny, VIIIe siècle, Le Christ et les Tétramorphes